Hitman le jeu vidéoL’histoire du personnage d’Hitman est faite de hauts et de bas. Mais c’est l’univers du jeu vidéo qui a créé cet anti-héros dans les années 90. Deux éditeurs spécialisés sont aux commandes : IO Interactive et Eidos Interactive et proposent un jeu d’action qui rencontre un succès immédiat. Normal, l’expérience séduit les joueurs car il y a de nombreux défis et un indéniable côté ludique. Et puis, pour des raisons diverses et variées, le destin de l’agent 47, tueur à gage impénétrable mais très efficace, bascule. Son succès s’étiole.

Deux films diversement appréciés

Mais, le cinéma ne pouvait pas rester indifférent à l’énigmatique tueur, identifiable entre tous grâce à son code à barres tatoué sur la nuque. Aussi, en 2007, sort le premier Hitman. C’est l’acteur Timothy Olyphant qui devient l’agent 47. Il faut attendre 2015, pour voir le second long métrage. Hitman 2 au cinémaCette fois, le personnage central est interprété par Rupert Friend. Reconnaissons-le, ces deux films d’action n’ont pas marqué l’histoire du cinéma. Mais, cela à permis à Hitman de se faire connaitre d’un public plus large que celui des gamers. Ici, l’agent tueur est en fait un clone….que l’on peut reproduire à l’infini et auquel on donne des ordres, qu’il exécute sans question. De fait, il a ses fans et est devenu assez emblématique.

Le come-back d’Hitman

D’ailleurs, il n’est pas mort. Bien au contraire. Depuis la fin 2018, l‘agent 47 semble comme renaître de ses cendres. Tout a commencé par le lancement d’une nouvelle version du jeu fin 2018. Et puis, le 21 février 2019, un comics, Agent 47, birth of the Hitman, a été publié par Mana Book.

Couverture d'Hitmanl le comics

Hitman en version comics

L’agent, opérant pour la mystérieuse ICA (International contrat agency), The Agency, est fidèle à son image. Impénétrable, sans état d’âme, rigoureux, organisé, … il répond aux missions qu’on lui assigne, méthodiquement. Et il prend ses ordres auprès de son agent de liaison, Diana Burnwood. Toutefois, via ce comics, le personnage prend une nouvelle dimension. En effet, l’histoire, scénarisée par Christopher Sebela et dessinée par Jonathan Lan et Ariel Mendel, apporte un petit supplément d’âme en se penchant tant sur la genèse du tueur, que celle de Diana.

Des figurines et une série ?

L’univers des produits dérivés ne pouvait que s’intéresser à un tel personnage. Symbolique et charismatique malgré son côté taiseux, impavide et ultra méthodique. L’agent 47 existe donc en figurine, statuette, statue...toujours avec ses

armes à portée de main.

Normal pour un tueur à gage.Une série TV a été évoquée. Il était même question qu’elle soit diffusée sur la plateforme de streaming Hulu. Cependant depuis 2017, c’est silence radio, ou presque. Les amateurs du genre vont devoir encore patienter.

7fd310f54b2a49ea76ae08dc1cdc62bd"""""""""""""""
Translate »

Pin It on Pinterest

Share This

Notice: Trying to get property of non-object in /home/kingdomfht/www/wp-content/themes/RoyalCommerce/functions.php on line 62

Notice: Trying to get property of non-object in /home/kingdomfht/www/wp-content/themes/RoyalCommerce/functions.php on line 62